3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #219190

    Bonjour je souhaiterai signaler un élément qui prête à confusion (voir fichier joint) dans les quiz des chapitres 1 question sur Le principe de l’impression 3D a été breveté en 1972 ? et chapitre 2 question sur Dans les impressions SLA, existe-t-il une différence entre les axes Z et X Y en termes de liaison chimique.
    – Ces deux questions appellent un choix vrai/faux mais également de renseigner la bonne réponse dans un champs de texte et cela n’est pas précisé. De plus le champ de texte n’est pas traduit et le commentaire est en anglais.

    – Concernant la question du chapitre 2 « Dans les impressions SLA, existe-t-il une différence entre les axes Z et X Y en termes de liaison chimique. »
    D’après le cours il est stipulé que chaque partie imprimée en continue sur une machine SLA est isotrope, ce qui induit qu’il y a peu ou pas de différence entre les axes z et xy. J’ai donc répondu Faux à cette question pourtant d’après la correction ce serait vrai ?

    Merci d’avance pour votre retour.

    #231214

    La bonne réponse pour « moi » est Faux, s’il elle est « Vraie » est bien cela voudrait dire qu’en chimie l’isotropie dépend de la configuration géométrique (je n’y crois pas).

    #231280

    Isotropie vs Anisotropie

    En raison de la nature couche par couche des technologies d’impression 3D, dans de nombreux cas, les propriétés des matériaux varient dans une certaine mesure en fonction de la direction du matériau, ce que l’on appelle l’anisotropie.

    Par exemple, un objet imprimé en 3D peut avoir un allongement à la rupture ou une rigidité différente dans les directions X, Y et Z.

    Au cours du processus d’impression 3D SLA, les composants de la résine forment des liaisons covalentes.

    Ceci fournit des degrés élevés de résistance latérale, mais la réaction de polymérisation n’est pas poussée à son terme.

    Le processus d’impression est plutôt modulé de manière à maintenir la couche dans un état de semi-réaction appelé « état vert ».

    Cet état « vert » diffère de l’état complètement durci d’une manière très importante : il existe encore des groupes polymérisables à la surface.

    Les couches suivantes peuvent former des liaisons covalentes avec ces dernières.

    Lorsque la couche suivante est durcie, la réaction de polymérisation comprend les groupes de la couche précédente, formant des liaisons covalentes non seulement latéralement, mais également avec la couche précédente.

    Cela signifie qu’au niveau moléculaire, il y a peu ou pas de différence entre les axes Z et XY en termes de liaisons chimiques.

    Donc = il y a peu ou pas de différence entre les axes Z et XY en termes de liaisons chimiques.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.