Logo Autodesk learning partner

Impression 3D FDM – Technologie d’impression 3D par dépôt de filament

Venez échanger sur vos pratiques, posez vos questions, sur la technologie la plus répandue de l'impression 3D.

Impression 3D FDM – HSE

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #219060
    Florian
    Maître des clés
      @florian

      Parlons recommandations et sécurité

      #231936
      Sophie Grebert
      Participant
        @sophiegrebertgmail-com

        Bonjour,
        Dans le cadre de la formation à l’impression 3d liée à ma reconversion (je suis professeur de musique), l’un de mes enjeux est d’arriver à trouver un compromis entre le matériau, le poids, la solidité et la sonorité (timbre et fréquence du son), afin de proposer des instruments de musique en adéquation avec la morphologie du musicien tout en les customisant afin de permettre, par exemple, aux jeunes apprenants d’avoir plaisir à utiliser leur instrument. En effet, l’apprentissage est souvent rébarbatif, or si l’attractivité de l’instrument pouvait être plus forte alors cela apaiserait bien des conflits familiaux, les enfants prenant plaisir à avoir leur propre instrument en main. Toutefois, il est important de garder l’aspect sonore qui prime sur tout le reste. Outre la customisation, le second avantage de l’impression serait de pouvoir alléger les instruments parfois lourds voire trop lourds pour des petites morphologies. Concevoir un instrument à la « forme du client » tout en étant morphologiquement très proche des « traditionnels » et tout en gardant la technique d’apprentissage (ex: position des doigts) le timbre ainsi que la fréquence des ondulations sonores (pour un la=442hz) serait une avancée spectaculaire notamment pour les musiciens professionnels, et éviterait bien des maux physiques qui conduisent trop souvent à des opérations voire à l’abandon d’une carrière. Avant de pouvoir développer l’idée pour tous les instruments, d’autant que certains se sont déjà lancés sur le sujet des cordes, il me semble primordial de se consacrer à un seul.J’opterai pour un travail sur mon instrument de prédilection: la flute traversière.
        Si certains d’entre-vous ont des idées….

        #231942
        Benoît Talibart
          @btalibartgmail-com

          Bonjour,
          Après quelques années passées dans le domaine de l’aéronautique civile, et suite à la crise sanitaire, la perte de charge a entraîné la fin de ma mission. Les opportunités professionnelles du secteurs sont très réduites, je souhaite donc capitaliser sur ma connaissance de la CAO et du design, ainsi que mon goût pour les technologies émergentes pour rebondir. Suite l’acquisition d’une petite machine personnelle (Tronxy X1), je me suis découvert un très fort intérêt pour la fabrication additive. J’aimerai avoir la possibilité d’en faire une partie d’un futur emploi, et les chiffres (croissance, taux d’équipement, etc.) me rendre optimiste quant à la viabilité de mon projet.

          #231949
          Laurent Deconte
            @ldecontenoos-fr

            Bonjour Sophie,

            Je trouve votre projet intéressant. Je ne suis pas spécialiste et je peux difficilement donner des réponses. Néanmoins, je sais qu’il existe des matériaux constitués à partir de PLA et de bois. Cela permettrait peut être de retrouver les sonorités originelles de la flûte. ? Les sonorités seraient vraiment différentes, et cela permettrait de faire une offre différente ?

            #231950
            Sébastien Goudy
              @sebastiengoudyymail-com

              Bonjour,

              Il y a quelques temps, suite à une démonstration dans un grand magasin où j’ai découvert l’impression 3D, j’ai aussi acquis une imprimante pour « tester » à mon tour. Depuis, à travers des repas, je me suis aperçu que le secteur de la pêche était en demande: Les mordus aimeraient pouvoir se fabriquer leur propres leurres: ajuster le poids, les hameçons tridents, la couleur, etc, en fonction de leur style et lieu de pêche. J’ai commencé à me pencher sur le sujet, étant moi même « pratiquant du dimanche ». La recherche actuelle est de pouvoir avoir un matériau suffisamment souple au niveau de la queue pour imiter au maximum le déplacement du poisson dans l’eau, mais suffisamment rigide pour pouvoir inclure dans le corps, sans trop de difficultés, les plombs et hameçon et attache vers la canne à pêche.

            5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
            • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
            Je souhaite recevoir un échantillon gratuit
            Un conseiller vous contactera dans les plus brefs délais pour affiner votre devis.

            « * » indique les champs nécessaires

            Nom*
            Ville*
            Je souhaite recevoir une offre de formation à la modélisation 3D et/ la fabrication additive*
            RGPD
            Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

            Abonnez-vous à notre newsletter